divers

# 06/03/2014 à 11:54 Mesguich Gérard

J’habite depuis un an avenue du Jassonneix (je suis nouvel arrivant à Meymac), je partage totalement l'observation de Madame Brun-Jarret sur ce sujet (sécurité routière au centre-ville).

La réponse qui lui a été faite (cf ci-dessus) ne me paraît guère satisfaisante car elle reste relativement évasive. Les déclarations de principe que vous mentionnez (avec lesquelles tout le monde ne peut qu’être d’accord), me semblent bien en deçà des prérogatives concrètes et importantes qui sont à la disposition d’un maire en matière de sécurité routière.

Si notre liste est élue, nous prendrons rapidement toutes les dispositions utiles (lesquelles ?) pour améliorer la sécurité dans la commune. La répression, bien que nécessaire n’est pas la solution unique (certes !), une meilleure signalisation et l’aménagement de la voirie (qu’envisagez-vous concrètement ?) seront sans doute ( ?? !!) nécessaires."

Je ne manquerai pas, à titre personnel, d'évoquer cette question, dans les mêmes termes, auprès de la liste "sortante". Les réponses qui me seront fournies, à cette occasion (mais aussi bien évidemment sur d'autres sujets d'intérêt plus général et "moins anecdotiques"), me permettront - en tant que nouvel arrivant - de disposer d'une meilleure visibilité sur notre vie locale que j'ignorais totalement jusqu'à l'année dernière.

Pour changer complètement de sujet et de niveau d'intervention, j'avoue avoir été interpellé par la mention "MEYMAC / MAISMAC" qui figure sur votre "bandeau électoral". Cette mention, qui n'est – a priori - pas anodine, me conduit à vous interroger sur la position de votre liste quant aux implications (concrètes) de l’adoption de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires sur notre vie locale.

Je vous remercie par avance des réponses que vous pourriez apporter à ces interrogations.

# 12/03/2014 à 18:52 Pour Meymac, Ensemble et solidaires (site web)

Dans notre programme nous précisons que nous agirons en concertation avec les habitants. Ce sera le cas pour la sécurité comme pour tous les sujets d’intérêt général. Le but étant de ne pas faire d'aménagements inappropriés ou ne correspondant pas aux besoins de la population. De plus, la municipalité n’est pas seule à décider des aménagements de sécurité sur les routes qui traversent notre territoire. Pour faire aboutir notre projet d’aménagement, il faudra associer toute les parties prenantes comme le « pôle infrastructure et logistique » du Conseil Général par exemple et rechercher les financements nécessaires.
Lorsqu’un point noir nous sera signalé, nous organiserons une concertation avec les riverains pour recueillir leurs propositions, évaluer la nécessité et le degré d’urgence à traiter le problème. Dans le cas évoqué, nous pourrions mettre en place un radar pédagogique pour inciter les conducteurs à respecter la limitation de vitesse. Puis en contrôler l'efficacité pédagogique (par exemple par une demande de contrôles ponctuels de la gendarmerie). Si le résultat est efficace, pas d’autre action. Si les résultats ne sont pas ceux espérés, les aménagements visant à réduire la vitesse seront mis en place.

MAISMAC, nom de notre ville en occitan, traduit notre volonté de ne pas laisser mourir notre vieille langue d'Oc qui est encore pratiquée par quelques habitants. Elle fait partie du patrimoine et constitue une part de notre identité. C’est notre histoire à transmettre aux plus jeunes et aux nouveaux arrivants pour recréer du lien.
Le Limousin appartient historiquement à l'Occitanie, et il y est parlé une des formes les plus anciennes de l'occitan, qui reste en particulier dans les chansons des troubadours et est étudiée dans le monde entier, au Canada, aux Etats-Unis et au Japon par exemple !
Pour preuve le site http://www.trobar.org/troubadours/, rédigé en anglais, où l'on trouve tous les troubadours limousins, ceux d'Ussel et de Ventadour par exemple. Il y a aussi Richard Cœur de Lion mort à Châlus, qui composait en occitan, etc...
L'occitan limousin est complexe parce que les prononciations varient d'un village à l'autre, ce qui leur vaut le nom de patois... Pourtant il s'agit bien d'une langue unique, le vocabulaire et la grammaire sont identiques.
Cette langue, la culture et les valeurs qu'elle véhicule sont reconnues partout dans le monde, sauf dans le Limousin !!!
Il est important à deux titres de faire revivre cette culture occitane :
- d'une part parce que les anciens parlent encore la langue et qu'elle signifie quelque chose pour eux, qu'elle les relie encore, que cette langue transmet des éclairages sur des traditions, qu'il faut savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va, dans un monde où les repères disparaissent.

- d'autre part parce que cela constitue une spécificité de notre région et donc un attrait touristique qu'il faut mettre en valeur. Cela va avec les tourtous, les farcidures et autres spécialités culinaires dont le nom s'explique par cette langue (ex : clafoutis vient de clafir, qui signifie "fourrer en abondance"). C'est une langue très imagée et concrète, pleine de vie et de saveur. Le français est plus édulcoré, il veut être élégant...
Il s'agit d'un élément d'identité du territoire dont les habitants perdent la conscience, parce qu'à une époque il était décrié de parler "patois", cela faisait "paysan" et inculte. C'est quelque chose qui nous unit, nous les habitants du Limousin. Et donc qui peut être une force.
Les paysans et migrants limousins du XXème siècle étaient bilingues, à la fois Français et Limousins.
On leur a expliqué que leur identité limousine était méprisable, qu'ils étaient des arriérés, que leur salut ne pouvait se trouver qu'en ville (Paris, Lyon, Bordeaux...)
Le Limousin ne pourra se repeupler que si ses habitants sont fiers de leur région, qu'elle a pour eux un passé, et un avenir, et qu'ils le font savoir, par exemple par des panneaux à l'entrée des villes, qui constituent une unité visuelle.
Et pour répondre plus précisément à votre question sur l'application concrète que nous envisageons de faire de la Charte européenne des langues régionales, nous proposons dans un premier temps de nous appuyer sur la médiathèque pour initier des actions : cours d'initiation à la langue, rencontres de locuteurs "natifs", souvent âgés, avec des néo-locuteurs, présence de livres, de CD, de vidéos, lecture de textes, interventions de chanteurs et musiciens, animations thématiques.
Pour information, 13 députés européens français dont ceux de notre région ont voté contre l’adoption du rapport sur les langues européennes menacées de disparition (voir ci-après le lien pour accéder à l’extrait du journal « Le Télégramme de Brest du 13 septembre 2013 où figure la liste des députés ayant voté contre ou qui se sont abstenus)
http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/langues-regionales-triste-record-francais-au-parlement-europeen-13-09-2013-2232859.php

# 22/05/2014 à 16:15 Brunet

Joindre les actes a la parole sera certainement plus difficile que de remporter les élections !!! courage...
Quant a la renaissance du centre ville, et plus, nommer un interlocuteur spécifique a cette tache me parait essentiel, surtout pour contacter les propriétaires et leur expliquer les risques d'insalubrités et de sécurité afin de pouvoir peut être réunir ces petites maisons, les regrouper pour en faire des habitations plus attractives et de notre époque.
Les professionnels du bâtiments y compris maîtres d’œuvres ne pourront pas intervenir avant réunifications et achats.
Par ailleurs pourquoi ne pas réaliser avec toutes ces maisons des foyers logements,avec l'aide des administrations concernées, il n'y a pas a Meymac et ses environs que des personnes "invalides".
Enfin, Meymac est la seule ville du secteur n’ayant ni rue du centre ville piétonne, ni place principale systématiquement fermée lors ne serait ce que lors de la plus petite "manifestation"; toutes les villes ayant instauré ce principe s'en sont félicitées malgré les réticences habituelles du départ.
Courage encore courage
AB

Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.